Level Vidéo > Interview > Interview de Nicolas Rabuel, partie 1

ITW de Nicolas Rabuel, partie 1

Nicolas Rabuel, actuel entraîneur adjoint de VAFC, fût l'un des compagnons de centre de Yoan Loche (l'un des deux fondateurs de Level Vidéo). Nous lui avons posé quelques questions sur sa carrière de joueur et son rapport à la vidéo.

Dernière mise à jour le lundi 10 octobre 2016

Partager sur facebook

Nicolas Rabuel photo officielle du VAFC

Nicolas Rabuel

Ancien joueur pro (environ 250 matchs L1, L2 et National), Nicolas Rabuel est l'analyste vidéo et entraineur adjoint à Valenciennes (VAFC) depuis 2011.

1. Parle-nous de ton parcours, dans quels clubs as-tu joué ? à quel niveau ?

Nicolas Rabuel :

Après 10 ans de formation à L’OL je suis passé par Angoulême (CFA), Nancy (L2), Louhans Cuiseaux (National), Rouen (National et Ligue 2), Cannes (national), Boulogne sur mer (Ligue 2 et Ligue 1).

2. Comment as-tu été recruté ?

Nicolas Rabuel :

Durant ma carrière, j’ai été recruté de différentes façons. Par des demandes spontanées effectuées par les clubs auprès de mon agent et dans le sens inverse lorsque, sportivement, ma saison était de moins bonne qualité.

3. As-tu été contacté pour faire un essai ? les recruteurs s'étaient-ils déplacés pour te voir ?

Nicolas Rabuel :

A deux reprises j’ai du effectuer des matches d’essai. Ce sont des rencontres organisées par la direction sportive. Elles réunissent les joueurs scootés pendant la saison et permettent d’établir un premier contact. J’ai également eu l’occasion de participer à une semaine de stage avec un club qui souhaitait m’observer plus longuement. Dans tous ces cas de figure, ces matchs et/ou stage étaient le fruit d’observations antérieures. 

4. Dans quels clubs rêvais-tu de signer quand tu étais jeune ?

Nicolas Rabuel :

Mon rêve était de faire carrière dans mon club formateur, l’Olympique Lyonnais.

5. À quel âge as-tu dû partir de chez tes parents ?

Nicolas Rabuel :

J’ai quitté le domicile familial à l’âge de 10 ans. J’ai logé chez ma tante qui habitait à 40 kilomètres de Lyon. Etant trop jeune pour intégrer le centre de formation, c’était la seule solution pour commencer ma formation sans faire déménager mes parents, distants de 70 kilomètres. 2 ans après, ils ont fini par me rejoindre. J’ai réintégré le foyer parental jusqu’à 15 ans, l’âge auquel je suis devenu interne.

6. Quel est ton meilleur souvenir en centre de formation ?

Nicolas Rabuel :

C’est l’ensemble de la formation que je retiens. Celle qui m’a permis de me former sportivement et humainement.

7. Le plus mauvais ?

Nicolas Rabuel :

Mon départ. Les dirigeants n’ont pas tenu leur promesse de me faire signer mon premier contrat professionnel. 

8. Une anecdote (ou un secret) que tu n’as encore jamais raconté ?

Nicolas Rabuel :

Tout ce qui se passe dans le vestiaire reste dans le vestiaire !

9. Que penses-tu de l’idée de faire passer des CV Vidéo aux jeunes joueurs et de les mettre en ligne ?

Nicolas Rabuel :

L’idée est bonne d’autant plus que les images sont toujours plus parlantes que de longues lignes rédigées sur une page blanche. Je conseille simplement à ce que les montages soient courts. Elle doit susciter l’intérêt sans transformer le joueur. Elle doit donner envie à son observateur d’en voir plus. Libre à lui, une fois séduit, de regarder des matchs entiers ou des montages plus « lourds ».

Mais le premier visionnage est capital. Quand je dis ne pas transformer le joueur cela signifie ne pas « surjouer » sur une action positive (avec 3 ralentis par exemple) ou faire croire au visionneur à une qualité factice. Un bon monteur saura trouver, sur plusieurs matchs, un jeu long bien effectuer alors qu’en réalité, 5 transversales par match sont ratées. La supercherie sera vite découverte et le recruteur se sentira « trahi ». 

10. Comment positionnes-tu la vidéo dans le football d'aujourd'hui ?

Nicolas Rabuel :

Elle est indispensable mais se manipule avec une précision chirurgicale. Il faut savoir alterner entre vidéos collectives, individuelles, positives, négatives, sur son équipe et sur ses adversaires. Ce dosage se détermine grâce la connaissance de ses joueurs et de ses hommes.

Level Vidéo

© Tous droits réservés - 2016

facebook facebook
twitter twitter
google+ google+
video video
email email